Persepolis, Marjane Satrapi

couv4054610-gif

Synopsis:

Toute petite, Marjane voulait être prophète. Elle se disait qu’elle pourrait ainsi soigner le mal de genoux de sa grand-mère. En 1979, l’année de ses dix ans et de la révolution iranienne, elle a un peu oublié Dieu. Elle s’est mise à manifester dans le jardin de ses parents en criant « à bas le roi ! ». Là, elle s’imaginait plutôt en Che Guevara. Il faut dire qu’à l’époque, son livre préféré s’appelait Le Matérialisme dialectique. Marjane trouvait d’ailleurs que Marx et Dieu se ressemblaient. Marx était juste un peu plus frisé, voilà tout. Après, la vie a continué, mais en beaucoup moins drôle. La révolution s’est un peu emballée. Et la guerre contre l’Irak est arrivée…
Dans Persepolis, Marjane Satrapi raconte son enfance sur fond d’histoire de son pays, l’Iran. C’est un récit drôle et triste à la fois, parfois cocasse, souvent touchant. Mais toujours passionnant. C’est aussi un petit événement : il s’agit de la toute première bande dessinée iranienne de l’Histoire…

Mon Avis :

Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas plongée dans une  bande-dessinée, et ça faisait des années que Persepolis me susurrait à l’oreille « viens… lis moi, regarde comme je suis chouette! ». Ni une ni deux, j’enfile mon costume de super lectrice aventurière, je cours à la B.U, et j’emporte avec moi le précieux tant convoité.

Je ne sais pas bien  comment chroniquer une bande-dessinée, tant ça m’arrive peut souvent, mais on va dire que je vais faire un plan tout bête : dessin, textes, et les deux ensemble. Ouais, je fais des plan niveau collège je sais, ne me jugez pas.

Dessin

Je suis une habituée des mangas, et pour moi, le noir et blanc donne une cachet et une ambiance inimitables à un récit. Le trait de Marjane Satrapi m’a tout de suite plu, tout en courbe, épuré et franc. Je ne suis pas critique d’art, mais je peux simplement dire que je me suis senti bien en suivant Marjane dans ses pérégrinations. La violence, les moments de bonheur, les doutes et les rêves sont ici retranscris de façon poignante. J’ai pleuré à chaque fin de tome.

Textes

Pas besoin d’être ultra calé en politique pour comprendre ce qui se trame en Iran, ou encore pour comprendre le message que Marjane essaie de faire passer. L’écriture va droit au but, de façon à nous prendre le cœur pour nous le tordre, ou le caresser. Ce sont des montagnes russes émotives, qui ne peuvent laisser personne indifférent.

Textes et Images

Je me suis attachée aux personnages, j’ai rit, j’ai pleuré, j’ai senti l’injustice, le besoin de comprendre, l’apaisement de l’héroïne. Je me suis senti proche d’elle, compatissante et émue de réaliser à quel point ici, en France, je ne sais rien de tous ces gens qui naissent, vivent et meurent dans l’oppression et la guerre permanentes. Tout ça parce qu’on a eu le malheur d’avoir du pétrole six pieds sous terre.

En Bref je ne peux que vous conseiller la lecture de Persepolis, avec un thé à la menthe et des chaussettes en pilou. Calez-vous un mercredi après-midi, ouvrez votre esprit, et laissez une bande-dessinée changer votre vie…

Publicités

Une réflexion sur “Persepolis, Marjane Satrapi

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s