La Passe-Miroir: les fiancés de l’hiver, Christelle Dabos

couv52429656.jpg

Synopsis :

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Mon avis :

Ce résumé est plat et donne à peine envie. C’est le succès retentissant qu’a eu ce livre qui m’a interpellée. Si vous me dites « fantasy » et « francophone », je ne peux qu’être intriguée: c’est le WANTED absolu.

Je me suis retrouvée plongée dans un univers d’une richesse qui n’a rien à envier à Harry Potter. On sent la mythologie qui entoure l’univers, ainsi que les différents rites et cultures des personnages. Ce sont des éléments qui peuvent franchement s’inspirer des mythologies que nous connaissons, mais toujours pour en faire des éléments inédits à l’histoire, et ça c’est un vrai tour de force.

Ophélie, personnage principale de cette histoire est un bout de femme timide et créative qui se retrouve bien malgré elle plongée dans les intrigues politiques d’un monde qui lui est complètement étranger. Elle doit être mariée à un homme mystérieusement glacial, antipathique… Pourquoi vouloir une telle alliance ? Que cache cette union de circonstances ? Je vous promet que vous serez charmés, et bien plus…

J’ai été absorbée par ma lecture comme je le suis rarement: je l’ai emporté partout avec moi, bien que ce soit une grosse brique bien lourde. Je préférais le porter à bout de bras en attendant mon bus pour le lire, plutôt que d’attendre de rentrer chez moi pour le continuer. Ce degré d’addiction à une histoire ne m’était pas arrivé depuis l’histoire du petit sorcier à lunettes rondes. On peut d’ailleurs trouver quelques similarités entre Ophélie et le célèbre sorcier, mais je trouve les clins d’œil suffisamment discrets pour ne pas tomber dans la pâle copie. La magie est présente, mais sous une forme tellement inhabituelle, que je ne trouve pas de livre l’approchant de cette manière. C’est fascinant.

L’écriture de Christelle Dabos est fluide et nous plonge très rapidement dans son univers. Les descriptions sont concises, mais permettent toujours d’avoir une image claire de cet univers barré, merveilleux, incroyable. Bref vous aurez compris, j’adhère, j’adore cette histoire, les personnages, les intrigues…

Par contre, la fin, c’est le suspens suprême, procurez vous le deuxième tome très vite, conseil d’amie !

Bisous sous les plaids 😉

Publicités

Les Stagiaires, Samantha Bailly

couv26075409

Synopsis :

Ophélie, Arthur, Hugues et Alix viennent tous d’horizons différents. Leur seul point commun : ils rêvent de travailler chez Pyxis, entreprise spécialisée dans l’édition de mangas et de jeux vidéo, pilier dans le secteur de l’industrie créative. Une réalité s’impose rapidement : beaucoup de candidats, peu d’élus. Désormais, le stage est devenu une étape obligatoire pour ces jeunes qui sont à la croisée des chemins dans leurs vies professionnelles et affectives. Provinciale tout juste débarquée, Ophélie a laissé derrière elle petit ami et logement, et doit faire face aux difficultés de la vie parisienne. Étudiant en école de commerce, Arthur est tiraillé entre les grands projets qu’on a pour lui et son envie de mettre la finance entre parenthèses. À leurs côtés, Alix, passionnée de mangas, ne jure que par ses sagas favorites, et Hugues, graphiste, teste ses limites dans les soirées électro… Dans une atmosphère conviviale, travail et vie privée s’entremêlent.
Pourtant, une question demeure en fond sonore : qui restera ? Quand la « génération Y » entre en collision avec le monde du travail : un récit marquant dans lequel beaucoup de jeunes adultes se reconnaîtront.

Mon Avis :

Les Stagiaires a été ma petite lecture des transports en commun, ou des temps de pause au boulot, toujours fidèle au poste, sur ma petite liseuse.

L’histoire porte sur une thématique qui me touche directement cette année, puisque je suis moi-même stagiaire. J’ai un meilleur salaire que la plupart des stagiaires, mais certaines situations restent typiques de ce statut un peu étrange. On est à la fois travailleur, mais pas encore en poste, pas encore sûrs d’être embauchés, il faut faire bonne impression et fournir un travail irréprochable. Bref, le casse-tête (en plus j’ai encore des cours, c’est trop lol).

Ce sont des tranches de vies, des personnages qui ont leurs failles, qui sont paumés, et cherchent malgré tout à se faire une place sur un marché du travail aujourd’hui féroce. Si Arthur est un gosse de riche, ce n’est pas le cas d’Ophélie, les classes sociales se mélangent et rêvent d’un avenir plus rose. Certains n’ont pas le droit de rêver, d’autres refusent de rentrer dans les rangs. Les journées se suivent à un rythme de stress éreintant, entre les galère d’argent et les recherches d’appartement. On n’a qu’une envie, c’est de prendre dans nos bras ces personnages qui galèrent, qui sont peu sûrs d’eux, fragiles. Encore un peu des enfants, ce sont des adultes en devenir à qui on n’accorde aucun crédit, à cause de leur âge. Dur dur, le monde du stage !

L’écriture de Samantha Bailly est toujours aussi fluide, c’est très rapide à lire, donc parfait quand vous attendez votre bus.Je le conseille à tout le monde : ce qui sont stagiaires, ce qui l’ont été, et ceux qui le seront. Quelle que soit votre orientation professionnelle future, vous serez forcément dans ce genre de merde à un moment. Bon courage.

Bisous baveux !!

Harry Potter et l’Ordre du Phoenix; aux portes de notre monde…

Couverture Harry Potter, tome 5 : Harry Potter et l'ordre du phénix

SYNOPSIS:

A quinze ans, Harry s’apprête à entrer en cinquième année à Poudlard. Et s’il est heureux de retrouver le monde des sorciers, il n’a jamais été aussi anxieux. L’adolescence, la perspective des examens importants en fin d’année et ces étranges cauchemars… Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour et, plus que jamais, Harry sent peser sur lui une terrible menace. Une menace que le ministère de la Magie ne semble pas prendre au sérieux, contrairement à Dumbledore. Poudlard devient alors le terrain d’une véritable lutte de pouvoir. La résistance s’organise autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours..

Mon Avis :

Ma petite (plutôt énorme!) relecture de cet automne a été le cinquième tome des aventures d’Harry Potter en anglais s’il vous plaît. J’étais à nouveau très heureuse de me plonger à nouveau dans cet univers, devenu familier et réconfortant. Cela dit, la dernière fois que je l’avais lu, j’étais adolescente, et mon regard sur l’histoire a maintenant beaucoup évolué.

Harry est en pleine crise d’adolescence; personne ne cherche à le comprendre, il réagit avec passion, il se sent seul contre le monde. Je vois pourquoi c’est un livre qui m’a tant parlé à l’époque. Le refus de céder face à une autorité oppressive, l’envie de se battre pour ses idées et tout faire pour s’en donner les moyens : j’ai tellement eu l’impression de me retrouver également en tant que jeune adulte. Nous voulons changer le monde, nous nous sentons seuls face au mur d’incompréhension, ou du refus de regarder la vérité en face (coucou Albus!). Ombrage est l’incarnation de ce pouvoir qui fait l’autruche (GROS clin d’œil à notre monde ha ha), qui préfère s’enfoncer dans ses histoires, plutôt que de remettre en question ses idées.

Bref, pas grand chose de neuf à apporter à cette revue, ça doit être la sixième ou septième fois que je relis ce tome, et je le trouve toujours excellent. Et clairement, avec 956 pages, j’en n’avais pas assez. On n’a jamais assez d’Harry Potter dans ses rêves…

Prenez soin de vous les loulous !

Les Carnets de Cerise, un coup de cœur !

Vous ne lisez plus de bande-dessinée depuis longtemps ? Vous avez besoin d’un peu de douceur dans la fraîcheur de Décembre ? Une idée cadeau pour vos nièces/neveux/fils/filles/cousins/cousines ?

Ho ho ho mais que voilà ? Prenez vos plaids en moumoute et votre chat sur les genoux, c’est l’heure de la lecture cosy…

Synopsis du premier tome :

« Il était une fois… Quand j’étais petite, je me suis fait la promesse que si un jour, j’avais un journal intime, il commencerait comme ça. Il était une fois… ben moi, Cerise ! J’ai dix ans et demi et mon rêve, c’est de devenir romancière. Mon truc à moi pour raconter des histoires, c’est d’observer les gens, imaginer leur vie, leurs secrets. On a tous un secret enfoui que l’on ne dit pas, qui fait de nous ce que nous sommes…
En ce moment, avec les copines, on observe quelqu’un de vraiment mystérieux… »

Mon Avis :

Je chronique ici les quatre premiers tomes des Carnets de Cerise, sans spoiler parce que c’est mieux !

couv39251118

Premier tome : Le Zoo Pétrifié

Nous découvrons Cerise et ses amies dans ce premier tome, dans une ambiance chaleureuse. Les graphismes sont doux, les couleurs harmonieuses, l’histoire nous invite à prendre une pause détente avec une tasse de thé. L’univers de Cerise est décrit au travers de son carnet, constellé de croquis et de photos, ce qui apporte un côté très intimiste à l’histoire. Je n’ai pu que me prendre d’affection pour les personnages, et notamment pour l’héroïne. Cerise adore les mystères, et cherche à aider les personnes qu’elle rencontre. Si elle peut parfois faire preuve de maladresses, ce n’est jamais pour nuire, elle apprend de ses erreurs. Le mystère autour du zoo pétrifié apporte une touche un peu magique, et très riche en émotions. Préparez-vous à être tout.e retourné.e …

couv52998057

Deuxième tome : Le Livre d’Hector

J’ai été encore plus bouleversée par l’histoire de ce tome. L’histoire comporte son lot de mystères à découvrir par Cerise et ses amies, sans toutefois oublier les évènements du premier tome. On rencontre de nouveaux personnages, et l’univers de Cerise s’agrandit, toujours dans une ambiance réconfortante qui donne envie de se rouler dans un plaid. J’ai été énormément touchée par l’histoire, mais je n’en dis pas plus : lisez-le, c’est tout.

couv70172615

Troisième tome : Le dernier des cinq trésors

Gardez-vous ce tome pour l’hiver, Noël et la neige, car ce troisième tome se déroule en Décembre, sous la neige, avec des écharpes, moufles et fêtes. Rien que pour cette ambiance blanche et cotonneuse, on se sent à nouveau comme dans un souvenir d’enfance en plongeant dans le livre. Niveau mystères et émotions, on continue sur la lancée du deuxième tome, avec une histoire belle à pleurer. On en découvre plus sur Cerise, mais aussi sur ses deux amies et leurs familles, si bien que le.la lecteur/lectrice se sent chez lui/elle. Et bien, qu’attendez-vous, vous n’êtes toujours pas allé.e le chercher ?

couv69403311

Quatrième tome : La déesse sans visage

Cerise grandit et commence à sentir le besoin de s’exprimer. L’entrée dans l’adolescence est le thème principal de cet épisode, qui décrit très bien l’état d’instabilité dans lequel peuvent se retrouver les individus. Les rapports de Cerise et sa mère s’approfondissent, on découvre encore plus leurs histoires communes, et on ne les aime que plus… Sérieusement, vous êtes toujours là ? Allez allez ouste ! Allez chercher au moins le premier tome fissa 😉

 

Prenez soin de vous !