Végé: pourquoi pourquoi (tout ça n’arrive qu’à moi) ?

 Un an que je suis végétarienne, raisonnez tambours et sonnez trompettes mesdames et messieurs, parce que ça y est, je vais en parler !

btbthy
Pourquoi tu veux manger des bébés ???

Alors d’abord, pour quoi je suis devenue végétarienne ?

La réflexion a été longue et a commencé quand j’ai commencé à vivre seule, à 18 ans. Je faisais mes courses toute seule, et ne maîtrisais pas toujours bien les dates de péremption des produits. Vous me voyez venir, j’ai beaucoup gaspillé de blancs de poulets qui sont devenus verts avant d’avoir eu la « chance » de se faire roussir à la poêle. A l’époque, je me disais déjà « ce poulet est mort pour rien, je ne l’ai même pas mangé ». J’ai alors commencé, de steak à la poubelle en saucissons trop secs pour être mastiqués, à me demandé s’ils vivaient pour quelque chose finalement, ces animaux qui finissaient dans mon assiette, ou ma poubelle. Comme tout le monde, j’ai grandi dans l’idée que c’était normal, c’était comme ça, il fallait manger de la viande. C’est culturel, et la chose la plus difficile à modifier dans nos habitudes quotidiennes c’est bien ça.

Est venu le temps du scandale de la viande de cheval dans les lasagnes. Premier déclic: pourquoi s’insurger pour des chevaux morts, et tolérer que  des bœufs se fassent tuer sans sourciller ? Pourquoi les vaches sont folles ? Comment fait-on les nuggets ? A quoi ça ressemble un abattoir? Pourquoi aime-t-on les chiens et mange-t-on les moutons ?

J’ai commencé à m’informer sur l’alimentation végétarienne, et me suis retrouvée face à mon manque de compétences en cuisine. Je ne connaissais pas beaucoup de recettes, et je mangeais n’importe quoi. J’avais donc besoin d’abord d’apprendre à mieux manger: plus de fruits, plus de légumes, puis un plat végé par semaine, puis plusieurs par semaine… La transition s’est entamée en 2014. Je suis devenue complètement végétarienne, avec coming-out et compagnie, l’année dernière. Plus je m’informais, plus je trouvais la consommation de viande inutile, voire néfaste pour la santé (en plus on digère mieux après). J’ai ensuite découvert l’impact environnemental incroyablement négatif de l’élevage. Puis l’horreur, le dernier déclic, la réalisation qu’on a tous tellement de mal à regarder en face : les animaux ressentent des émotions, de la douleur, de la tristesse. Les animaux ressentent ce qu’on leur fait subir au quotidien: mutilations à vif, coups, engraissement à outrance, inséminations à répétition, vie sans jamais voir le soleil, pas de place pour se retourner, folie… Oui les animaux deviennent fous, ils se mordent, cherchent à se tuer tant ils sont désespérés. Et pas seulement dans les élevages: souvenez vous de ces animaux au comportement étrange que vous avez croisé dimanche dernier au zoo.

b_1_q_0_p_0.jpg

Être végétarienne ne répond pas à tous les maux, je ne pense pas être meilleure que les autres par cette décision, mais je suis plus en accord avec moi-même et mes valeurs. Causer le moins de souffrance possible sur cette terre, et respecter l’environnement. En 2017 en France, on peut être en parfaite santé en fichant la paix à des êtres vivants sentients qui n’ont rien demandé à personne.

PS: ne me parlez pas d’élevage respectueux ou bio, parce qu’au final les animaux naissent tous dans le même but; mourir pour satisfaire une envie curieuse qu’on les humains de se donner le cancer, des maladies cardio-vasculaires, de l’obésité.

Une vidéo pour réfléchir :

 

Bibliographie personnelle :

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s